NEPAL, TREK DES HAUTS COLS DE L’EVEREST

Gilbert, ambassadeur pour la marque Forclaz nous raconte son premier trek au Népal, voici son récit !

Premier trek au Népal et certainement pas le dernier : le terrain de jeu est infini, les paysages époustouflants. Vraiment, l'Himalaya est une autre dimension : le regard se perd dans l’immensité des parois, vers la hauteur des sommets, la largeur des vallées et des glaciers.

Quelques informations sur ce trek en montagne :

durée d'un trek en montagne
DURÉE

16 jours

distance parcourue pendant un trek en montagne
DISTANCE

130 kilomètres

dénivelé d'un trek en montagne
DÉNIVELÉ POSITIF

+9450 mètres

plus haut sommet du trek
POINT CULMINANT

Le Kala Pattar ( 5643 m)

meilleure saison pour partir en trek
MEILLEURE SAISON

Avril-Mai ou Octobre-Novembre

trek niveau expert
DIFFICULTÉ

Niveau expert

refuge ou bivouac
AUTONOMIE

Nuits et repas en lodges (semi-complète)

itinéraire trek Népal

L'ITINÉRAIRE DE GILBERT

(24 avril au 15 mai 2019)

1. LUKLA - KUMJUNG

2. KUMJUNG - LUMDE

3. LUMDE - RENJO LA Pass - GOKYO - Ascension du Gokyo Ri (5320 m)

4. GOKYO - CHO LA Pass - DZONGLA

5. DZONGLA - GORAKSHEP - EVEREST BC

6. Ascension du KALLA PATTAR (5550 m)

7. GORAKSHEP - KONGMA LA Pass - PANGBOCHE

8 . PANGBOCHE - AMA DABLAM BC

9. PANGBOCHE - NAMCHE BAZAR

10. NAMCHE BAZAR - LUKLA

Avion Gilbert trek Népal

LUKLA - PHAKDING - NAMCHE BAZAR- KHUMJUNG, c’est parti…..

Enfin, nous y voici….Après une nuit d’avion et une autre pour rejoindre l’aérodrome de Ramechhap, nous voilà fraîchement (enfin, presque) débarqués à Lukla, départ de notre trek. Nous rencontrons notre guide et nos deux porteurs, premier thé en commun, confection des sacs des porteurs et nous démarrons.

Nous sommes à 2800 m d’altitude mais la température est clémente. Cette première étape sera courte et majoritairement en descente.

Namche Népal Gilbert trek

Demain, les choses vont se corser : montée à Namche Bazar, petite capitale du Khumbu pour rejoindre ensuite le charmant village de KHUMJUNG et ses maisons toutes recouvertes d’un toit vert et baptisé, Green Village….Nous profitons d’une après-midi de repos pour visiter le monastère local.

Durant la montée et grâce au beau temps qui nous accompagne, nous avons pu apercevoir pour la première fois l’Everest que je ne cesserai d’admirer tout au long de notre trek.

Lungden Trek gilbert Népal

KHUMJUNG - THAME - LUMDE, deux étapes de transition avant de rentrer dans le vif du sujet

C’est durant cette étape que nous franchirons l’altitude symbolique des 4000 m. Il fait toujours très beau et chaud. Nous avons quitté le tracé de ce que j'appellerais l’Everest Highway, le trek qui conduit directement au CB de l’Everest avec ses centaines de trekkeurs. Désormais, nous sommes seuls et profitons des paysages, faune et flore. Nous pénétrons dans la large vallée qui conduit à la frontière de la Chine (Tibet) par le col de NANGPA LA, à deux jours de marche …..quand même!

Nous bifurquons vers l’est en direction du hameau de Lumde, au pied du Renjo La Pass que nous franchirons demain.

L’accueil dans les lodges est toujours sympathique mais nous devons nous faire à une certaine rusticité : pas de chauffage dans les chambres, pas de douche ni d’eau chaude, des toilettes sommaires, etc, etc, et plus nous monterons plus cela se vérifiera.

Altimètre Gilbert trek Népal

LUMDE - RENJO LA PASS - GOKYO ;  Premier col

Ce matin, départ 6 heures! Aujourd’hui, nous franchirons le premier de nos 3 cols, le Renjo La …….., à une altitude de 5360 m! C’est pour mes camarades et moi-même la première fois que nous dépassons la barre symbolique des 5000 m : j’ai une petite appréhension…. comment le corps va t-il réagir ? Car, pour l’instant, après une nuit à 4400 m, je n’ai aucun symptôme du mal des montagnes, souvent caractérisé par des maux de tête plus ou moins violents.

Everest depuis Renjo La trek Gilbert

Nos pas sont plus courts qu’à l’accoutumé, le rythme assez lent. Il faut s’adapter : surtout ne JAMAIS accélérer la cadence au risque d’emballer la machine. Après un peu moins de 5 heures de montées, nous voici au sommet du col : superbe vue dégagée sur le toit du monde et ses satellites : Everest (8848 m), Nuptse (7861 m), Lhotse (8516 m) et une multitude de cimes moins connues mais toutes aussi majestueuses. C’est vraiment une autre dimension….. Il est temps de penser à redescendre vers la vallée et Gokyo au bord de son lac encore recouvert de glace. La première partie se fera dans la neige, toujours bien présente à cette altitude.

photo trek gilbert  Gokyo depuis le sommet du Gokyo Ri

GOKIO RI (5360 m) Premier sommet

Ce matin, il est prévu de faire l’ascension d’un petit sommet, le Gokio Ri (5360 m) qui surplombe le village. Les volontaires ne se bousculent pas : mes camarades n’ont visiblement pas passé une bonne nuit. L’altitude se fait sentir pour certains : migraines, difficultés respiratoires en position couchée. J’ai un peu plus de chance. Pour moi, tout va bien et pourvu que ça dure. Départ donc à 4h30 avec mon guide, à la frontale : le chemin est très pentu pour ne pas dire face à la pente.

photo Gilbert Gokyo Cho Oyu

Il fait froid, le souffle est court mais j’ai un bon rythme. Le jour apparaît rapidement et il est temps de retirer une couche et de reprendre un peu sa respiration. Après une heure trente d’effort, la magie est au rendez-vous : cette fois, l’Everest est complètement à contre jour et le soleil se lève pile derrière lui mais, plus à l’ouest, un autre géant s’offre à moi : le Cho Oyu (8201 m). Photos de circonstance, c’est mon premier sommet dans l’Himalaya, bien modeste hein, c’est vrai, mais le premier quand même.

Retour à GOKYO 

Retour à Gokyo après ma petite ascension : je retrouve mes camarades. Cela ne va pas fort, du moins pour l’un d'entre eux. Le mal de crâne n’a pas cessé depuis 24 heures malgré la prise de DYAMOX et autres médicaments. Le risque est trop grand de vouloir continuer : ici, l’éloignement et l'isolement sont des facteurs aggravants. J. décide d'abandonner. Il redescendra dans la vallée avec un porteur. C’est une décision difficile mais sage et courageuse. Les conséquences de vouloir continuer peuvent être dramatiques. Mon autre camarade n’est pas au mieux non plus : pas de migraine mais il ne dort pas la nuit avec des problèmes de ventilation et respiration. Il lui est donc, chaque fois, difficile de démarrer l’étape le matin. Après réflexion, il décide de continuer et il terminera, avec sa force mentale. Aujourd’hui, courte étape pour rejoindre Dragnak où nous trouverons enfin un point d’eau courante ( à 2 ou 3 degrés…faut pas rêver non plus...) L’occasion de faire un peu de lessive et ...un brin de toilette.

Trek Gilbert Népal Chola

DRAGNAK - CHO LA PASS - DZONGLA

Le soleil nous accompagne toujours : c’est plutôt bon pour le moral car ce matin, nous atteindrons notre deuxième col : le Cho La Pass (5420 m). Il ne sera pas plus difficile que les autres, disons, physiquement mais son orientation fait que sa partie montante, pour nous, est recouverte de glace, le sentier peu marqué et surtout, qu’il y a foule sur le parcours avec des trekkeurs plus ou moins aguerris sur ce terrain un peu technique.

Beaucoup de monde au sommet : nous ne nous attardons pas d’autant plus qu’il nous faudra chausser les crampons pour pouvoir entamer notre descente. Il y a beaucoup de neige et, même si la trace est bien marquée, c’est une sage précaution.

photo Gilbert Népal trek Lodge neige

DZONGLA - LOBUCHE. Arrivé dans le Khumbu...

Divine surprise ce matin, au réveil : il a neigé cette nuit et le temps est toujours bouché. Enfin un peu de changement après plus d’une semaine de grand beau….ça devenait lassant!!!! Plaisanterie mise à part, marcher dans cet univers sous la neige a quelque chose de magique. Je me permets de partir devant (avec l’accord de mon guide). Le cheminement est bien marqué et ne pose aucune difficulté technique. Je marche dans une sorte de plénitude où tous les bruits sont étouffés. Un couple d’Ophrysie de l’Himalaya, sorte de perdrix géante, court devant moi…

Trek Gilbert Népal Lobuche

Le sentier longe la moraine du glacier du Khumbu avant de la franchir et de basculer dans son bassin. J’ai étudié le parcours et je sais que je vais retrouver l’Everest Highway que j’ai quitté voici 10 jours, avec ces centaines de trekkeurs de toutes nationalités, plus ou moins équipés, plus ou moins montagnards, plus ou moins discrets, plus ou moins respectueux….. Il faudra se faire une raison. Je suis maintenant dans le bassin du KHUMBU, le glacier qui descend directement de l’Everest en passant par son camp de base, objet de tous les fantasmes… Malgré tout, je suis heureux d’être là! J’arrive à Lobuche, la neige a cessé de tomber et nous entrons dans notre lodge, plutôt accueillante mais avec une salle à manger bondée. Cela nous change de nos discrets abris en fond de vallée visités précédemment.   

Trek Gilbert Népal Everest BC Highway

LOBUCHE - GORAKSHEP - EVEREST BC. La montagne aux heures de pointe…..

Vous dire qu’il y a du monde sur le parcours menant à l’Everest BC serait une lapalissade. Le sentier qui y mène longe la moraine du glacier, dans une série de montées et de descentes, plus ou moins escarpées mais la voie est surtout étroite… Je suis abasourdi par ce que j’observe : on se croirait dans les rues de Chamonix le 15 Août… Les photos qui suivent parlent d’elles -mêmes. Cela m’oblige un peu à forcer le rythme pour dépasser les groupes : je suis bien acclimaté et n’ai aucun mal à me retrouver au devant de la troupe. Il faut dire que le rythme n’est pas bien élevé.

Trek Népal Gilbert Everest Base camp

Le sentier bifurque enfin vers le glacier et se dirige vers un immense camping, étalé sans doute sur plus de deux kilomètres, avec des centaines de tentes jaunes…

Les photos et les récits que j’ai parcouru n’ont donc pas menti.

L’Everest est vraiment un méga business… Je me fais également photographié devant le cailloux portant la mention EVEREST BASE CAMP 5364 M après avoir attendu mon tour, bien sagement, entre un ressortissant roumain et une jeune chinoise. Retour sur Gorakshep pour le traditionnel Dal Batt (riz, légumes, soupe de lentilles). Nous projetons d’escalader le Kala Pattar (5643 m) en fin d’après midi pour observer le coucher du soleil sur l’Everest mais, à 16h00, le temps se couvre et j’avoue que cela me soulage un peu….J’en ai un peu plein les pattes!

 

Gilbert trek Népal vue sur l'Everest

KALA PATTAR

Ce matin, c’est l’ascension du Kala Pattar qui n’est autre qu’une épaule du PUMORI (7261 m) tout proche et qui constitue un superbe point de vue sur le Khumbu Icefall. Pour les non initiés, l’Icefall (mur de glace) est une immense cascade de glace provoquée par une rupture de pente du glacier entre le camp de base et le camp I. C’est le passage le plus délicat, techniquement, pour l’ascension de l’Everest. La montée au Kala Pattar ressemble un peu à celle du Gokio Ri effectuée quelques jours plus tôt à la différence que le point de départ est à 5100 m et le sommet à plus de 5600 m….

Gilbert Népal avec son guide face à l'everest

500 m de dénivellé chez nous, c’est une heure; Cette fois, il m’en faudra presque deux...mais quelle(s) récompense(s)!!!! Le panorama qui s’offre à moi est une véritable débauche de glace, de faces vertigineuses, d’arêtes et d’éperons qui n'arrêtent pas de s’élever, toujours plus haut…..jusqu’à 8848 m. TOP OF THE WORLD J’en suis très ému, je suis là, face à l’Everest...le rêve de tout montagnard, de tous les passionnés d’espace et de nature…. Sûr, je reviendrai!!!!!!!

photo trek Népal sommet du Kongma La

GORAKSHEP - KONGMA LA - PANGBOCHE. Dernier col

Il est temps de quitter la vallée du KHUMBU, le pire mais aussi et malheureusement, le meilleur….. Nous redescendons vers la vallée, nous passerons la nuit au Centre de recherche dit La Pyramide, près de Lobuche. Dès le lendemain, nous allons franchir le dernier col de notre trilogie : le Kongma La (5535 m), le plus haut et le plus difficile des trois. Départ vers 6 heures pour rejoindre la moraine du glacier du KHUMBU qu’il nous faudra traverser. Pour les connaisseurs de la vallée de Chamonix, imaginez une dizaine de” Mer de Glace” mises une à côté de l’autre….ça laisse songeur et il nous faudra plus d’une heure, sans trainer, pour trouver le cheminement et aboutir sur la rive opposée. Nous commençons par une petite descente, faisons une petite pause, allègement des couches et….c’est parti pour 600 m de dénivellé. Là aussi, le sentier est bien marqué, techniquement sans difficulté. Mon camarade, qui ne dors toujours pas ou peu les nuits, adopte un rythme prudent, accompagné de notre guide.

Makalu Népal trek Gilbert

Avec sa bénédiction, je passe devant, et commence mon ascension. Tout va très bien, je marque des pauses courtes mais régulières. Je prends doucement de la hauteur : en me retournant, j'aperçois l’immensité du glacier entièrement gris, recouvert des matériaux drainés en amont. Je vois aussi notre lodge, facilement repérable car... peinte en orange…. J’aperçois le col de temps à autre, il disparait et revient à ma vue selon l’orientation du sentier mais...il approche! A 9h15, je débouche au sommet : je suis seul… le soleil est au rendez-vous….pas un nuage. Je me couvre rapidement de ma grosse doudoune bien chaude et m’allonge face au soleil, à même le sol, bien calé entre les cailloux. Le MAKALU (8485 m), autre géant de l’Himalaya, est face à moi! Peu le savent mais ce sommet est le second “8000” conquis pour la première fois par des français, en 1955, après l’ANNAPURNA (8091 m) en 1950. Je vais rester ainsi durant 45 minutes, 45 minutes de vrai bonheur, de contemplation avant que mes camarades arrivent enfin pour profiter eux aussi du spectacle. Nous faisons les photos d’usage, conscient d’avoir réussi notre entreprise. A partir de maintenant, nous descendrons toujours, jusqu’à LUKLA, terme de notre trek.

photo l'ama dablam trek everest

PANGBOCHE - AMA DABLAM BC - NAMCHE BAZAR - LUKLA

Et voilà donc…...toutes les bonnes choses ont une fin! Nous entamons la descente depuis le KONGMA LA…. elle est rapide. La végétation qui avait disparu au dessus de 4000 m,réapparait. Le changement de température est saisissant mais...dans le bon sens. Nous rejoignons bien vite Dingboche, puis Pangboche, visitons son monastère avec le scalp du Yéti. Le lendemain, je m’offre un dernier petit caprice : L’AMA DABLAM (6812 m), merveilleuse montagne, nous a accompagné durant toute notre descente.  Je demande à notre guide s’il accepte une escapade jusqu’à son camp de base, au fond de la vallée Imla Khola, pour approcher cette autre légende de l'Himalaya. C’est volontiers qu’il m’accompagnera dans cette dernière montée : presque 800 m de dénivellé mais que ce fut beau…..

Pont suspendu trek Everest Népal

Nous ferons encore quelques étapes  lors de notre descente afin de respecter la chronologie mise en place par l’agence népalaise qui nous a encadré : une halte à Namche Bazar pour les traditionnels cadeaux et souvenirs mais aussi deux jours à Katmandou ponctués par quelques visites culturelles et un retour à la civilisation peut-être plus difficile que ne fut l’acclimatation à la haute altitude!!!!!!!!

En bonus...

astuce respect de l'environnement en rando

L'astuce développement durable

Ne pas acheter d’eau minérale ou autres sodas dans les lodges : j’ai trop vu de bouteilles en plastique le long des sentiers ou au sommet des cols. L’eau est présente tout au long du parcours et il est préférable d’utiliser les pastilles Micropur plutôt que de boire du Coca..

astuce de randonneur

Bon plan de trekkeur

Prendre garde à son alimentation : plus de viande après Namche Bazar car plus d'électricité, donc plus de congel ni de réfrigérateur….attention à l’intoxication alimentaire. Préférer le riz et les légumes : le plat national, le Dal Batt convient très bien. Même si une petite bière ferait bien plaisir après l’effort, éviter l’alcool en haute altitude (et buvez modérement en général)

équipement incontournable pour la montagne

Mon indispensable en montagne

Eviter à TOUT PRIX d’avoir froid, pendant et après l’effort : la veste en membrane est indispensable, même et surtout en marchant. La doudoune doit toujours être à portée de main, pour chaque halte et...dans les lodges où la température n’est guère supérieure à celle extérieure (le vent en moins).

Par Gilbert, Vendeur au Décathlon de Metz Augny, passionné de trek et de grands espaces

Signature Gilbert Népal

"Où il y a une volonté, il y a un chemin"

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire

Rédiger un avis
HAUT DE PAGE