Une logistique raisonnée, sans détours

De l’usine au pas de votre porte, nos produits sont emballés, stockés et transportés. Et bien sûr, cela a un impact sur notre bilan carbone.
Nous nous engageons à essentialiser nos emballages, à préférer des modes de transports moins polluants et des lieux de stockage au plus proche des lieux de vente.

Une logistique utile et efficace
Livraison à vélo

Le constat

Le rapport du groupe III du GIEC a récemment mis en évidence que les émissions carbone liées aux transports ont augmenté de plus de 70% depuis 1990. Ces émissions pourraient même continuer à augmenter de 16% à 50% d’ici 2050 (source, Technical summary, 1 TS. 5.3 Transport, page 67 et 68).

Depuis quelques années déjà, le groupe Decathlon s'est engagé sur le sujet d'une logistique plus raisonnée. Ainsi, la logistique représente un faible pourcentage de l’ensemble du bilan carbone de Decathlon : en 2021, environ 3% des émissions CO2 totales du groupe Decathlon sont dues à la logistique et au transport.

Néanmoins, nous souhaitons réduire notre empreinte carbone à chaque étape de vie de nos produits, cette étape ne fait pas exception. Cette démarche est d’autant plus vertueuse qu’en logistique, le développement durable représente un gain économique : plus on optimise, moins on emballe, moins on dépense.

Les objectifs de forclaz pour 2025

Action n°1 : développer des conditionnements (vraiment) utiles

Utilisé comme protection, support de communication ou aide à la mise en rayon, l’utilité de certains emballages est cependant remise en cause car ils représentent une source de déchets non négligeable.

Le rôle de nos ingénieurs packaging a donc rapidement évolué, leurs nouveaux défis portent désormais sur la réduction et l’essentialisation des solutions de conditionnement dans un souci de préservation de l’environnement.
Comme pour la conception, ils disposent d’un outil de modélisation intégrant 5 critères d’éco-conception. L’axe principal de réduction d’impact reste sans grande surprise le choix de matériaux durables, recyclables et recyclés. Aussi, nous limitons rigoureusement le recours au plastique et nous privilégions des emballages monomatériaux car ils sont plus facilement recyclables.

Cinq leviers d’action majeurs ont été identifiés :

Action n°2 : limiter l'impact du transport de nos marchandises

Comment réduisons-nous notre impact en logistique ?

>> Moins d'espaces vides pour gagner en efficience

Actuellement, notre zone de production se concentre principalement en Asie bien que la part de production en Europe soit en constante augmentation.
Pour fournir nos différents marchés, les produits transitent dans plusieurs entrepôts où ils sont ensuite disséminés dans nos différents magasins. Il existe aujourd’hui 73 entrepôts Decathlon à travers le monde.
Decathlon maîtrise pleinement chaque étape de sa chaîne logistique, ce qui permet d'agir de manière précise sur l'optimisation du remplissage des camions de transports et des espaces de stockage. Ainsi, chez Decathlon, les Transport managers imposent un volume de produits aux transporteurs, afin de s’assurer de l’efficience de chaque trajet et ainsi limiter le nombre total de kilomètres parcourus car chaque trajet est émetteur de CO2.

>> Nos choix de modes de transport

> Le transport maritime : nous utilisons majoritairement le transport par cargo pour les longues distances. Les délais de transport sont plus longs mais l’impact carbone est réduit de 99% par rapport au transport aérien !

> Le transport ferroviaire : pour les moyennes distances, le train est une solution efficace et rapide afin d’acheminer nos produits au plus près de la destination finale, même s’il reste 8 fois plus polluant que le cargo.

> Le transport aérien : très rarement utilisé, ce mode de transport permet un approvisionnement rapide pour des besoins urgents de livraison.
À l'heure où nous écrivons ces lignes, Forclaz a atteint son objectif de “0 aérien”.

> Les derniers kilomètres : pour livrer les produits à domicile ou dans nos magasins, nous développons des solutions alternatives moins impactantes comme les camions propulsés au gaz ou à l’électrique, le vélo ou la barge.

Et demain ?

Nous nous sommes également associés au projet Tribord, qui vise à acheminer des marchandises en voilier cargo. Cet ambitieux projet permettrait de réduire de 90% les émissions CO2 par rapport à un transport par cargo, en seulement 9 jours de plus.
Rendez-vous en 2024 pour le premier test de transport de doudounes Forclaz à la voile, depuis Shanghaï en 36 jours...

marine taocnet

Marine

Ingénieure packaging

Dès lors que nous achetons un produit, nous générons immédiatement un déchet.
Il en est un que nous nous devons de minimiser au maximum : son emballage. Le meilleur déchet reste celui qui n'existe pas.
Parce qu'encore trop souvent nous retrouvons du plastique à usage unique dispersé sur les chemins de montagne ou sur nos côtes marines, je m'engage quotidiennement dans cette démarche de suppression et de réduction de nos emballages.

Chez Forclaz, à fortiori chez Decathlon, nous cherchons à supprimer cet emballage dès lors que cela est possible : nous choisissons d'utiliser le produit pour transporter et communiquer à nos utilisateurs son fonctionnement, comme par exemple les housses de nos sacs de couchage.
Lorsque nous sommes contraints de garder un contenant packaging, nous faisons en sorte de minimiser sa taille et son impact écologique au maximum, en choisissant des matières 100% recyclables et issues d'une ressource renouvelable : papier et cartons labellisés FSC ou PEFC, recyclées dès que nous le pouvons. Nous maîtrisons et accompagnons tous nos fournisseurs dans cette stratégie de baisse d'impact écologique de nos packagings.

Mon rêve : pouvoir évoluer dans un monde sans déchets plastiques. C'est possible, et nous y arriverons, notamment en commençant par supprimer l'utilisation du plastique à usage unique de nos emballages. Avec les équipes de conception de produits, nous nous sommes donné pour objectif de supprimer plus de 60% de ce plastique sur les produits Forclaz d'ici fin 2022, 90% en 2023.
Nous n'y sommes pas encore, mais j'y crois, et tout Forclaz m'accompagne !